Digital et consommation de l'information : quelle évolution pour les médias ?

Les récentes annonces de Verizon, BuzzFeed et Vice selon lesquelles tous trois ont réduit leurs effectifs ont généré de sombres conclusions. Par exemple, The Guardian, décrit ces pertes d’emplois comme le début d’une nouvelle dépression dans le secteur de l’édition – avec en perspective sous-jacente une réduction globale du nombre de médias numériques et un paysage digital en déclin.

Ces licenciements dans ces trois entreprises numériques est une nouvelle inquiétante mais cela ne signifie pas pour autant que tout ce secteur est concerné. Ces fluctuations englobent simplement une vérité dynamique qui a toujours existé : le paysage médiatique est en constante évolution.

A la fin des années 1990, la migration des médias print vers l’online a été interprétée, par beaucoup, comme une menace existentielle pour les médias traditionnels. Si certains ont rencontré des difficultés, le secteur s’est adapté et le format papier continue de survivre. Les progrès de la technologie numérique ont changé notre façon de consommer l’information mais les médias se réinventent et de nouvelles sources se forment.

En 2016, la version print de The Independant a cessé sa diffusion pour se concentrer uniquement sur son développement en ligne. Immédiatement, le nombre de lecteurs a augmenté de 46%, ce qui montre à quel point un changement radical de stratégie intégrant le dynamisme du numérique peut produire des résultats bénéfiques. Pour The Independant, cette transformation l’a aidé à attirer de nouveaux publics et susciter un nouvel intérêt.

A l’ère de la presse écrite, ce type de migration entre publications n’était pas courant. Mais en ce qui concerne le numérique, ces changements se produisent fréquemment. Grâce à une foule d’informations accessibles en tout temps et tous lieux, les lecteurs passent rapidement sur une multitude de plateformes. Et c’est cette fluidité des médias numériques et de leurs consommateurs qui modifie constamment le paysage digital.

Le numérique, en évolution constante

La vitesse de changement dans le paysage numérique est évidente à évaluer grâce aux données démographiques des utilisateurs des médias sociaux.

Il y a à peine 10 ans, Facebook était le média privilégié des adolescents. Ces derniers, ayant grandi, ont toujours leur compte. Cependant, la génération actuelle semble délaisser totalement ce réseau. Les données Facebook vont en ce sens et montre que ses utilisateurs tendent à être de plus en plus âgés. Selon une étude américaine récente, 65% des 50-64 ans ont un compte Facebook. Dans la tranche des plus de 65 ans, l’utilisation des réseaux sociaux a augmenté de 25% depuis 2011 et 41% de cette catégorie d’utilisateurs est uniquement sur Facebook.

A l’origine, Facebook était un moyen de connecter les étudiants sur les campus universitaires. Pourtant, en 2018, 68% des adultes américains ont cité Facebook comme la plateforme à partir de laquelle ils consomment l’informations. Mark Zuckerberg n’a jamais eu l’intention de créer une plateforme permettant aux seniors de s’informer de l’actualité ! Cela est un exemple concret de l’évolution constante des médias numériques.

Nouveaux modes de consommation

Certaines préoccupations immédiates doivent être résolues en ce qui concerne les médias numériques. Le soi-disant duopole Facebook-Google doit faire davantage pour apaiser les annonceurs en quête de revenus publicitaires. Cependant, avec le changement continu des formes des médias numériques, il est impossible de prédire à quoi ressemblera ce paysage numérique dans 10 ans, voire même dans 5 ans.

Contrairement aux médias print, les barrières à l’entrée des médias digitaux sont moins importantes. Des nouvelles plateformes et nouveaux formats de contenu donnent la possibilité de produire de l’information à tout moment. Il se peut qu’au cours de cette prochaine décennies, l’actualité soit présentée sous une forme différente de ce que l’on connait aujourd’hui mais il est probable aussi que la consommation de cette information soit une fusion entre les anciens modes et les nouveaux, comme c’est le cas aujourd’hui.

La consommation de l’information changera de forme mais existera toujours. Les médias, quelle que soit leur nouvelle forme, continueront d’alimenter leurs canaux ou plateformes en actualités.

Article disponible dans sa version initiale ici : https://www.fourthday.co.uk/digital-media-depression-pr/

L'auteur

Cindy est consultante RP senior au sein de Quatrième Jour. Elle est également responsable de notre agence de Casablanca.

En savoir plus sur Cindy